L'histoire en images - Clemenceau, histoires d'un tigre

Il naît le 28 septembre 1841 à Mouilleron-en-Pareds. Son père, républicain convaincu, est arrêté comme suspect et emprisonné quelque temps, après le coup d’Etat de Louis Napoléon Bonaparte.
Installé à Paris pour finir ses études de médecine entamées à Nantes, il se lie dés son arrivée avec des membres des milieux intellectuels et artistiques les plus progressistes. Il est nommé en 1870 maire provisoire du XVIIIè arrondissement au moment où éclate la Commune, puis élu conseiller municipal du quartier de Clignancourt en 1871.
Après la Commune, devenu député, il est un des plus ardents défenseurs de l’Amnistie. Il s’oppose farouchement à la politique d’expansion coloniale menée notamment par Jules Ferry dans les années 1881 à 1885. Député de Paris en 1881, chef de l’opposition de gauche, il prend part à de nombreux débats parlementaires et gagne ce surnom pour avoir à plusieurs reprises provoqué la chute du gouvernement. Convaincu de l’innocence du capitaine Dreyfus par son frère Matthieu Dreyfus, il publie tout au long de l’Affaire 665 articles pour sa défense, et invente le titre choc : « J’accuse » pour l’article d’Emile Zola publié dans L’Aurore en 1898.Il prend une part active aux débats qui vont aboutir en 1905 aux lois de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Président du Conseil (premier ministre) et ministre de l’Intérieur de 1906 à 1909, il dote la police d’une organisation et de moyens modernes, qui seront plus tard popularisés par un feuilleton télévisé : « Les brigades du Tigre ».
12/01/2017
4mn26s
1073 vues
Licence Contrat Creative Commons

Afficher sur votre site

Sélectionner ce code html, le copier et le coller dans votre site ou blog (vous pouvez changer les dimensions)