Poésie - 503 - Je suppose que le monde soit une forêt - Aimé Césaire

Maël récite un père d’Aimé Césaire qui voit le monde tel qu’il devrait être, divers et universel.
28/07/2018
49s
76 vues
Discipline(s) :
Niveau(x) :
Licence Contrat Creative Commons

Afficher sur votre site

Sélectionner ce code html, le copier et le coller dans votre site ou blog (vous pouvez changer les dimensions)